A LA UNEACTUALITÉS

une trentaine d’employés est menacés de licenciement a la Banque islamique de Guinée »Abdoulaye Sow »

Au total, ce sont trente-quatre employés de la Banque Islamique de Guinée BIG en sigle, qui sont menacés de licenciement par la direction générale de la dite institutions bancaires.

 

 

 

 

 

 

Aux dires du secrétaire général de la FESABAG cité par guineenews.org, le directeur général de la BIG, pour appliquer la convention collective signée récemment entre sa structure et les patrons des banques sous l’égide du gouverneur de la BCRG, aurait fait deux propositions à ses travailleurs. Il s’agit de libérer le tiers du personnel ou la rééchelonner jusqu’en 2023.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Nous avons signé une convention collective qui fait la fierté des employés des banques. Curieusement, nous avons un Directeur Général qui a été le président de la commission de négociations, qui est à l’antipode de l’application de ladite convention. Il s’agit du DG de la BIG, Sidy N’Dieye.

 

 

 

 

 

 

 

Il a déclaré que s’il applique la convention, il mettrait sa banque en péril. Ce qui est invraisemblable. D’ailleurs, c’est un DG qui est en fin de mandat. Parce qu’il a fait plus de quatre ans en Guinée alors que, c’est deux ans renouvelables une seule fois. Il est prêt à partir et, c’est pourquoi, il veut sacrifier certains travailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

Il a incité les autres Directeurs Généraux pour signer un procès-verbal qui vient contredire les dispositions d’une convention collective qui fait force de loi », a fustigé Abdoulaye Sow.

 

 

 

 

 

 

 

Poursuivant, le leader syndical a invité tous les directeurs généraux des banques à appliquer cette convention collective qu’ils ont librement signée. A défaut, Sow n’exclut pas d’user de tous les moyens pour de se faire entendre dans l’intérêt supérieur dit-il des travailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

D’après lui, le DG Sidy N’dieye, s’est depuis toujours illustré dans le licenciement des travailleurs de la BIG.

 

 

 

 

 

 

Récemment, ajoute-t-il « il a été jugé et condamné, il doit sa liberté au syndicat. Nous demandons son départ avant qu’il ne crée le chaos dans le pays.

 

 

 

 

 

 

La signature de cette convention collective a suscité de l’apaisement dans le pays. C’est pour cette raison qu’elle sera appliquée dans toute sa rigueur », a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était ce mardi à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue ce mardi 24 août au siège de ladite banque à Kaloum.

Facebook Commentaires
Juldé Sow
error: Content is protected !!